Étiqueté : 

4 sujets de 21 à 24 (sur un total de 24)
    • Rang: Oeuf
      Messages: 16
      Localisation : Aveyron
      25 pts

      Je ne réponds qu’à la question : Où va l’apiculture.
      Je ne porte pas de jugement sur les gens qui font avec ou sans certaines aides.
      Partant du principe qu’au fil du temps les exploitations sont devenues plus petites en nombre de ruches je ne vois pas la courbe s’inverser. Je pense de par ailleurs que les apis avec plusieurs activités (dont pluriactifs) s’en sortiront mieux que les spécialisés. Un api avec un nombre conséquent de ruchers pas à côté de son siège dépense pas mal en poste transport. L’énergie va coûter de plus en plus. Je suis d’accord le matériel coûte très cher. Si vous devez renouveler votre 4X4 regardez un peu les prix sur le neuf ou l’occasion.
      Je constate dans mon secteur que de plus en plus de nouveaux avec un assez petit nombre de ruches produisent et vendent dans un rayon limité. Quand tout est bien fait ils arrivent à joindre l’utile à l’agréable. Sur un plan apiculture durable ils sont au top (empreinte carbone au plus bas).

      Avec la crise actuelle des potentiels candidats au métier révisent leur ambitions à la baisse et certains pro exclusifs envisagent une autre activité en complément. Je vois de plus en plus d’agri se diversifier en ajoutant des abeilles à leur exploitation.
      Une mini miellerie installée temporairement dans un garage, une camionnette à tout faire, un auvent pour les hausses, des clients fidèles de proximité, des ruchers pas loin dans une région favorable et des charges sociales symboliques et tout roule.

      Le rôle que jouera la société vis à vis du secteur accélèrera ou ralentira cette tendance vers les micro entreprises. L’accès à certaines aides le statut de ces mini entrepreneurs peut être révisé pour favoriser ou restreindre le phénomène.

        Rang: Reine
        Messages: 1430
        77 pts

        Si je comprends bien, ce qui est en vue, c’est la quasi disparition du métier d’apiculteur.
        Dans mon esprit (et celui du dictionnaire) l’apiculteur est celui qui élève les abeilles et vit de son métier.
        De ce qui est envisagé, est l’impossibilité de vivre de cette activité du moins à temps plein.
        Il restera quelques exploitations, les mieux situées et les mieux gérées avec l’obligation de commercialiser directement son produit.
        En ayant assez de recul pour suivre l’évolution de ce métier, je suis assez en accord avec ce que vous dites.
        Dans le court moyen terme, vivre correctement de ce métier uniquement sera de plus en plus compliqué ; la pluriactivé peut être envisagée mais dans quelle mesure peut on à la fois avoir un métier de salarié, s’occuper efficacement d’un certain nombre de ruches et commercialiser.
        Il faut de la passion et un environnement favorable.
        Dans le moyen long terme on ne sait pas ; l’état de l’abeille va t il continuer à se dégrader ? quel sera le pouvoir d’achat du consommateur potentiel ? le climat sera t il encore propice à la production? ou simplement sera t on en capacité de produire du miel face à une population en augmentation (pour le moment)
        Pour ma part, il me semble qu’à notre niveau l’apiculture (et je ne parle pas ici du monde amateur, de plus en plus important, qui ne regarde pas forcément le coût de production du Kg de miel et vit son plaisir ou sa passion, et il est des passions qui coûtent) à l’échelle d’une ou deux décades restera en difficulté quand à la suite, je n’en sais rien.
        Au travers de cette question, je voulais savoir si c’est moi qui ai le bourdon mais ceux qui ont répondu m’ont conforté dans le malaise de persévérer dans ce si beau métier que l’on voudrait pouvoir vivre pleinement.

          Rang: Butineuse
          Messages: 267
          Nb de ruches: 3
          16 pts

          Bonjour,
          Étant non pro, pas facile pour moi de connaitre toutes vos difficultés… mais, RELAT, CDSJO , je suis bien en accord avec vos remarques.
          C’est de plus en plus difficile de vendre à un prix correct nos miel. Tans que les politiques ne changerons rien sur le commerce international, les prix seront catastrophiques pour tous. Temps que les normes ne seront pas harmonisés, que les coûts de production ( gas-oil, taxes, les impôts etc..) que l’on ne prendra pas en compte le bilan carbone d’un miel de Chine avec nos miel Français nous ne pourrons pas avancer dans l’amélioration de l’ apiculture et de la vie de nos abeilles. Le monde marche sur la tête et l’économie gouverne tout… scandale sur l’eau minérale en bouteille, on change et baisse les normes afin qu’un groupe industriel s’ en sorte… On nous ment sans arrêt, fausses informations ici ou là, mais on en cache aussi d’autres… l’Europe des lobbies financier plus forte, les agriculteurs lancent le mouvement de révolte, faut-il les suivre ?
          Quelles solutions, sans changement nous sommes morts.

            Rang: Oeuf
            Messages: 2
            Localisation : Chemin Rural de Melun à Ozoue

            Bonjour à tous,

            j’aimerais recueillir vos avis sur les produits de pour traiter et éliminer les nid des guêpes et les frelons que vous utilisez pour préserver vos ruche  d’abeille des miels.
            Personnellement, j’ai utilisé ce produit pour le traiter mais le résultat ne m’a pas satisfait.
            J’aimerais donc savoir si vous avez des suggestions à me proposer pour obtenir un meilleur résultat.
            Je vous remercie d’avance pour vos conseils.

            Cordialement
            Bryan

          4 sujets de 21 à 24 (sur un total de 24)
          • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
          Ruches & Apiculture

          Ruches et Apiculture