2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
    • Rang: Oeuf
      Message: 1
      Localisation : France

      Bonjour à tous,

      J’espère que vous allez bien.

      Après plusieurs recherches, je ne trouve pas de réponses à mes interrogations. Ayant placé mon premier essaim d’abeilles en début d’année (avril) dans ma ruche en bois couverte d’huile de lin, je rencontre un problème qui est le suivant : depuis un mois, le pont d’envol a complètement noirci. C’est la seule partie de la ruche qui n’a pas conservé sa couleur. Je me demande si cela est dû aux fortes pluies, le pont d’envol étant la partie la plus exposée.

      Autre élément, le sol qui entoure la ruche est couvert de copeaux de bois. Je me demande si les abeilles, qui parfois chutent du pont d’envol ou ratent leur atterrissage, emportent avec elles des résidus de bois.

      Avez-vous déjà rencontré cette situation ?

      • Ce sujet a été modifié le il y a 2 jours et 9 heures par Vercim.
      • Ce sujet a été modifié le il y a 2 jours et 9 heures par Vercim.
      • Ce sujet a été modifié le il y a 2 jours et 9 heures par Vercim.
        Rang: Oeuf
        Messages: 21
        Localisation : Aveyron
        33 pts

        Bonjour à tous

        Le bel aspect de la ruche en bois traité à l’huile de lin ne dure que peu de temps. En quelques années les caisses deviennent brunes et de plus en plus foncées. Les ultraviolets sont responsables. L’huile de lin peut protéger le bois un certain temps si elle a pénétré un peu en profondeur. le trempage à chaud est plus efficace qu’un simple badigeonnage à température ambiante. Le séchage en l’absence d’accélérateur est très long (plusieurs mois en saison hivernale). Personnellement je ne supporte pas la vue d’une ruche foncée en plein soleil d’été sous la canicule car je ne peux pas m’empêcher de penser aux habitantes obligées de thermoréguler.

        Le noircissement du pont d’envol est la conséquence de la pluie stagnante sur une surface plane cumulé avec les rayons du soleil plus à la perpendiculaire avec peut-être une dégradation de l’huile de lin plus rapide si le séchage n’était pas encore total. Les butineuses par des passages répétés ont enlevés un peu de cette huile et déposé quelques matières propices à favoriser un début de dégradation du bois en surface. Cela ne gêne en rien la vie des abeilles. Tu peux si ce n’est pas fait incliner très légèrement la ruche vers l’avant pour limiter les rentrées d’eau de pluie.

        Mes ruches sont toutes peintes en couleur aluminium pour le confort des abeilles et les toits en blanc aussi. La protection à la cire microcristalline (par trempage à chaud) a le même inconvénient que l’huile de lin seule. Il est possible d’accrocher certaines peintures sur de l’huile de lin sèche. Si tu veux garder dans le temps ce joli aspect de ta ruche ou de tes futures ruches tu n’a qu’une solution : construire un abri ouvert ou les rayons solaires ne viennent pas.

        Pour les copeaux de bois je soupçonnerais que le couvre-cadres ou toit de ta ruche comporte un panneau de particules en état de déliquescence sous l’effet du grignotage soit des abeilles soit des fourmis le tout combiné à l’humidité ambiante. Est ce le cas ? Les abeilles n’ont pas la capacité de grignoter le bois des ruches.

      2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
      • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
      Ruches & Apiculture

      Ruches et Apiculture